LES PARFUMS ORIENTAUX

L'univers du parfum se décline en familles olfactives telles que les floraux, les cuirs, les chyprés, ou les boisés. Nous allons nous intéresser à la famille des orientaux, ces parfums aux notes chaudes vanillées, épicées, boisées et baumées qui peuvent réveiller en nous des souvenirs de voyages, ou nous transporter vers un Orient fantasmé.

Les notes caractéristiques des parfums orientaux sont les notes épicées telles que la cannelle, le cumin, ou le clou de girofle, souvent alliées à un cœur floral de rose, fleur d'oranger et/ou jasmin, qui se fond dans les senteurs balsamiques de la vanille et de certaines résines odorantes (encens, myrrhe, benjoin, opoponax), en accord avec les notes boisées du santal ou du bois de oud. De nombreux parfums orientaux contiennent également des notes dites “animales", comme les muscs ou la civette, qui confèrent aux parfums une certaine sensualité. À l'origine obtenues à partir de différents mammifères, ces notes sont aujourd'hui presque toutes synthétiques.

On considère souvent Shalimar de Guerlain, sorti en 1925, comme le pionnier de cette famille olfactive. Avec un départ frais de bergamote, un cœur floral rosé, puis un accord ambré (vanille et cistelabdanum) intensifié par des notes animales (civette, castoreum) et des épices. Caractérisé par son sillage vanillé surpuissant, Shalimar constitue alors un véritable bouleversement des codes de la parfumerie, ouvrant la voie à de nombreux grands parfums.

Aujourd'hui, les maisons de niche regorgent d'idées pour renouveler et décliner ce registre olfactif. Le comptoir H Parfums de la boutique Henriette L. dispose d'une sélection éclectique de parfums orientaux. On y trouve des fleuri-orientaux tels qu'Oriento de Jeroboam avec son accord rose-oud opulent, mais également des orientaux plus androgynes comme Ambre Loup de Rania J, dont les notes vanillées, épicées et boisées se mélangent pour former un équilibre rond et chaud. Celles et ceux en quête d'un parfum aux notes animales pourront notamment découvrir Belle Bête de Liquides Imaginaires, qui crée un effet "fourrure" avec ses matières premières fumées, sèches et cuirées (patchouli, iris, castoreum, civette).

Texte: Gabrielle Badach,

Journaliste et rédactrice pour Auparfum.com et Nez, La Revue Olfactive, Gabrielle Badach est également étudiante à L’École Supérieure du Parfum à Paris.